Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

citoyenne model - Page 4

  • Dans le miroir

    KYNeR-oNDbjPSaUk9pTRu2sCS0LeuOKkfvr2sMnbwp8.jpg

     

    Après un premier numéro qui m'avait laissé sur ma faim, j'ai quand même racheté flow à chaque sortie du magazine. J'y trouve une nourriture pour la part créatrice bien cachée au fond de moi. Je pense que si j'avais été greffée de deux nouvelles mains, j'aurais pu prétendre être une artiste. 

    Dans un des derniers numéros de flow, un entretien m'a littéralement scotchée, l'artiste ne parlait pas de moi, elle était moi. Mon coeur se gonflait de joie à chaque ligne. C'est une sensation bizarre que de se retrouver dans chaque parole prononcée par une personne qu'on ne connaît pas du tout et qui n'a pas eu le même chemin de vie que moi. 

    "je vis dans ma tête la plupart du temps et je me crée des mondes imaginaires"

    "Toute mon existence tourne autour de la remise en question des règles."

    "Ce sont des petites étiquettes que vous portez tout au long de votre vie. On endosse ces rôles sans le savoir."

    "On vit désormais dans une drôle d'époque hyper connectée, où tout le monde est tout le temps penché sur son téléphone. J'essaie de neutraliser cela en remettant les gens dans la vraie vie. J'ai envie de leur demander : "comment pouvez vous vous soucier de l'environnement si vous n'en faites pas vraiment partie et ne remarquez rien ? " ".

    "Je m'efforce de contrôler autant que possible mon environnement mental et du coup, je suis contre la publicité."

    En lisant tout ça, je ne savais plus si c'était elle ou si c'était moi. C'était très troublant et tellement enthousiasmant de lire ses propres pensées. 

    L'entretien se termine sur ce qu'elle aimerait dans le futur. Autoriser les enfants à avoir un nouveau regard avant qu'ils ne deviennent trop rigides, cultiver la compassion chez l'être humain. 

    C'est ce qui me porte au quotidien, j'ai à coeur d'ouvrir les yeux de mes enfants au maximum, de ne pas les enfermer dans une case, de leur donner cette distance avec les turpitudes de la société. J'ai aussi décidé de dévoiler celle que je suis au plus profond de moi, notamment mon hypersensibilité. Alors je ne la dévoile pas tout le temps, à tout le monde, mais je m'autorise à être davantage moi devant les autres. Et j'en retire beaucoup de positif, je rencontre des gens hypersensibles eux aussi, qui sont heureux de rencontrer quelqu'un comme eux. 

    Je vais garder cet entretien précieusement car il me porte. Si cette sensation vous est déjà arrivée, n'hésitez pas à le partager ici. 

  • parfois, faire une pause

    pour mieux revenir. 

    J'ai eu un moment de doute, de flemme aussi sûrement. Mais je n'ai pas envie d'arrêter ce blog et cette parenthèse qu'il m'offre. 

    Je vais juste élargir les sujets dont je parle. Toujours parler d'écologie, de minimalisme, mais pas que ... Montrer les différentes facettes de mon âme. Si le coeur vous en dit de continuer à me suivre ici, je continue à vous accueillir les bras et le coeur grands ouverts. 

  • une jolie découverte

    J'aime bien offrir des choses qui restent pour les naissances ou les anniversaires. Et j'ai complètement craqué sur la ligne de vaisselle pour enfant en bambou de chez love mae

    Vaisselle en bambou donc, matériau écologique et recyclable, utilisation d'encres non toxiques, production écologique, cette découverte avait tout me plaire. J'aime beaucoup la marque love mae qui produit de manière écologique de la très jolie déco pour les enfants. 

    Voilà donc ma jolie trouvaille du dimanche pour des cadeaux plein de poésie. 

    Farmyard_FullSetWEB.jpg

    ForestFeast-4piece-fullsetWEB.jpg

    WoodlandTeaParty_FullSetWEB.jpg

  • tu ne pourras pas sauver le monde

    pluie.jpg

    C'est ce que m'a dit récemment une amie qui me connaît bien ...

    Elle ne parlait d'ailleurs pas d'écologie mais de mon métier que j'ai toujours essayé d'exercer avec passion. Elle sait que je suis entière, idéaliste mais à dire vrai ce trait de caractère est en train de me consumer doucement.

    Je vis des jours difficiles au travail. Depuis ma reprise l'année dernière, je suis remplie de doutes sur l'adéquation entre mon idéal et la réalité et j'ai de plus en plus de difficultés à accepter le grand écart. Il serait presque vital que je l'accepte pourtant ...

    Et en dehors de ces doutes, je subis une pression hiérarchique qu'on pourrait qualifier de harcèlement car elle ne touche pas que la sphère professionnelle mais également mon entité personnelle. Quand les réflexions sont à propos de ma manière de m'habiller ou de mes choix de vie, elles ont pour but d'annihiler la personne que je suis.

    J'essaie d'organiser ma résistance mais en règle générale, lorsqu'une personne se trouve victime de harcèlement, c'est aussi parce qu'elle est dans une période de sa vie fragilisée.

    Ma fragilité, c'est que j'ai longtemps cru que je pourrais sauver le monde. J'ai choisi mon métier pour cette raison, je me suis engagée dans un combat écologique également dans cette optique. J'ai toujours eu beaucoup d'admiration pour les figures héroïques qui ont su résister, qui ont cru que leurs idéaux, ça pouvait être le monde.

    Aujourd'hui, je suis à un tournant de ma vie. J'aimerais tellement croire que ma goutte d'eau pourrait changer les choses mais pour l'instant, cette goutte d'eau, elle me vide, elle me vide de mon énergie vitale. Il est peut-être temps d'accepter la réalité ...

    Vous savez désormais ce qui m'éloigne un peu d'ici, la boule nouée au ventre chaque jour, les jambes flageolantes quand il s'agit de prendre le chemin du travail. Je n'aurais jamais pensé que ça puisse m'arriver un jour, moi qui paraît si forte pour les autres.

    Je vais rebondir, parce que c'est comme ça et que c'est moi. Je vais tenter de revenir ici pour garder une petite fenêtre d'espoir sur le changement de ce monde.

     

  • une première au camping

     

    20150704_183243.jpg

     

    20150704_183251.jpg

     

    20150704_204819.jpg

     

     

    20150706_213908.jpg

     

    Bon, j'espère publier un peu plus souvent car nous venons enfin de changer d'ordinateur (et de passer du côté obscur de la force, c'est à dire mac). Jusqu'ici, notre ordinateur à la maison ramait comme un fou et je tapais donc mes notes soit sur mon ordi au bureau (mais bon, je n'ai pas toujours le temps de m'y coller), soit avec ma tablette mais je déteste écrire avec une tablette !

    Venons en à nos moutons, nos super vacances en camping. Enfin, nombre d'entre vous objecteront camping de luxe, mais c'était vraiment une première pour moi et je voulais y aller en douceur. Nous avons donc trouvé un camping à la ferme, avec tipis et lodges. L'emplacement était exceptionnel, dans la campagne face au lac de Serre-Ponçon. Les hébergements étaient peu nombreux, très espacés dans un lieu clos. Juste derrière notre tipi, se trouvait un poulailler hyper propre, avec poules, poneys et lapins auxquels les enfants pouvaient donner à manger le soir. 

    Notre tipi avait donc un plancher de bois, une petite terrasse, de vrais lits, un frigo, une gazinière, bref un confort hyper appréciable. 

    Mais ça n'en restait pas moins du camping, avec un bloc sanitaire à quelques mètres et surtout cette profonde impression de liberté. 

    Le camping m'a surtout apporté ça : cette tranquillité d'esprit, cette liberté, le fait de ne se soucier de rien en terme de ménage, rangement, cuisine. 

    Nous faisions des choses très simples à cuisiner, essentiellement à partir des produits de la ferme où nous nous trouvions (des tomates absolument délicieuses, des courgettes jaunes à tomber et un melon sucré comme il faut). Des salades, sandwichs, un barbecue de temps en temps (des barbecues communs étaient à disposition). 

    Les enfants se sont vite faits des amis et nous ne les avons quasiment pas vu des vacances (enfin quand nous nous trouvions au camping). 

    Pour ne pas nous retrouver piqués par les moustiques, nous nous couchions quand nous n'avions plus assez de lumière pour lire et nous nous levions tôt pour profiter de la tranquillité des lieux. 

    Clairement, je n'irai pas dans tout type de camping, je recherche des endroits authentiques, calmes, en pleine nature mais nous envisageons fortement la location d'un combi l'année prochaine afin d'alterner camping sauvage et campings en itinérant. 

    Camping ferme décou'verte à Baratier près d'Embrun