Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

les âmes soeurs

  • Dans le miroir

    KYNeR-oNDbjPSaUk9pTRu2sCS0LeuOKkfvr2sMnbwp8.jpg

     

    Après un premier numéro qui m'avait laissé sur ma faim, j'ai quand même racheté flow à chaque sortie du magazine. J'y trouve une nourriture pour la part créatrice bien cachée au fond de moi. Je pense que si j'avais été greffée de deux nouvelles mains, j'aurais pu prétendre être une artiste. 

    Dans un des derniers numéros de flow, un entretien m'a littéralement scotchée, l'artiste ne parlait pas de moi, elle était moi. Mon coeur se gonflait de joie à chaque ligne. C'est une sensation bizarre que de se retrouver dans chaque parole prononcée par une personne qu'on ne connaît pas du tout et qui n'a pas eu le même chemin de vie que moi. 

    "je vis dans ma tête la plupart du temps et je me crée des mondes imaginaires"

    "Toute mon existence tourne autour de la remise en question des règles."

    "Ce sont des petites étiquettes que vous portez tout au long de votre vie. On endosse ces rôles sans le savoir."

    "On vit désormais dans une drôle d'époque hyper connectée, où tout le monde est tout le temps penché sur son téléphone. J'essaie de neutraliser cela en remettant les gens dans la vraie vie. J'ai envie de leur demander : "comment pouvez vous vous soucier de l'environnement si vous n'en faites pas vraiment partie et ne remarquez rien ? " ".

    "Je m'efforce de contrôler autant que possible mon environnement mental et du coup, je suis contre la publicité."

    En lisant tout ça, je ne savais plus si c'était elle ou si c'était moi. C'était très troublant et tellement enthousiasmant de lire ses propres pensées. 

    L'entretien se termine sur ce qu'elle aimerait dans le futur. Autoriser les enfants à avoir un nouveau regard avant qu'ils ne deviennent trop rigides, cultiver la compassion chez l'être humain. 

    C'est ce qui me porte au quotidien, j'ai à coeur d'ouvrir les yeux de mes enfants au maximum, de ne pas les enfermer dans une case, de leur donner cette distance avec les turpitudes de la société. J'ai aussi décidé de dévoiler celle que je suis au plus profond de moi, notamment mon hypersensibilité. Alors je ne la dévoile pas tout le temps, à tout le monde, mais je m'autorise à être davantage moi devant les autres. Et j'en retire beaucoup de positif, je rencontre des gens hypersensibles eux aussi, qui sont heureux de rencontrer quelqu'un comme eux. 

    Je vais garder cet entretien précieusement car il me porte. Si cette sensation vous est déjà arrivée, n'hésitez pas à le partager ici.